QUELQUES RÉALISATIONS ET PROJETS…
  • Location de vélos à assistance électrique (2018)
  • Aménagement écologique et extension du cimetière
  • Mise en place d’un SDAL (Schéma Directeur d’Aménagement Lumière) 2015/2018
  • Développement et accompagnement des initiatives de jardinage participatif (en cours)
  • Restaurant scolaire : introduction d’une forte proportion de produits locaux et bio et réduction des déchets
  • Aménagement d’une liaison douce sur la RD 37 (2017)
  • Aménagement d’une aire de co-voiturage avec stationnement près du cimetière
  • Rénovation énergétique de l’école maternelle Pierre Menanteau
  • Modernisation des systèmes de chauffage des bâtiments communaux
QUELQUES CHIFFRES…
  • Éclairage public :
    ›  200 des plus vieux luminaires sur les 613 existants remplacés entre 2016 et 2018 dans le cadre du SDAL
    ›  réduction de 40 % des dépenses communales d’éclairage
  • Compostage de Margerie : 40 tonnes produites/an, 40 à 60 passages/semaine

Eau / Assainissement

La ville de Dompierre-sur-Yon a transféré la compétence « eau potable »  au syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable (SIAEP) de la Vallée du Marillet qui lui-même a transféré la partie « distribution » à Vendée Eau, et conservé la partie production.

La Commune publie annuellement le rapport sur le prix et la qualité du service public de l’eau potable. Vous en trouverez la synthèse du dernier rapport publié. Le rapport dans sa version intégrale est disponible sur le site de Vendée Eau, en cliquant sur ce lien.

Suite à la loi du 7 août portant nouvelle organisation territoriale de la République, la compétence “eaux pluviales ” a été transférée à La Roche-sur-Yon Agglomération.

La compétence Assainissement (collectif et non-collectif) est elle aussi exercée par la Roche-sur-Yon Agglomération et ce depuis 2010. A ce titre, elle gère les réseaux d’eaux usées ainsi que les 27 stations d’épuration du territoire.

Eclairage, gestion énergétique

Que la lumière soit... juste et durable ! Avec la quantité et la qualité de lumière adéquates, au bon endroit et au bon moment, grâce à des matériels moins énergivores et plus performants. Tel est l’objet du SDAL (Schéma Directeur d’Aménagement Lumière) mis en œuvre par la municipalité avec le SYDEV, et au terme duquel 1/3 des luminaires existants sont en passe d'être remplacés.

Une étude 2015 sur l’éclairage public local par des étudiants en licence d’aménagement du territoire avait révélé des consommations à la baisse depuis 4 ans, mais supérieures à la moyenne du département, un patrimoine (mats, luminaires, ampoules) hétéroclite et un manque de cohérence sur l’éclairage des différents axes routiers. Or, l’éclairage public représente en moyenne 30 à 40% du budget de fonctionnement d’une commune

Avec l’appui du SYDEV, la commission ouverte “Cadre de vie” a mis en place d’un SDAL (Schéma Directeur d’Aménagement Lumière) qui permet d’améliorer les performances et la cohérence de l’éclairage des voies, en minimisant son impact écologique, harmonisant le matériel et réalisant des économies d’énergie et d’entretien.

Un tiers du parc (200 des plus vieux luminaires sur les 613 existants) finit d’être remplacé : exit les énergivores et obsolètes lampes à mercure et ballons fluorescents, place à des luminaires LED adaptables, moins gourmands en énergie, à des puissances et plages horaires modulées selon les voies (primaire, interquartiers, de desserte).

Un investissement global de 130 000 € (50 % à charge du SYDEV) pour un meilleur niveau d’éclairage où et quand il faut, une réduction de 40 % des dépenses communales d’éclairage et l’élimination de pollutions lumineuses néfastes pour l’homme, les écosystèmes et la biodiversité !

Pour en juger, quoi de mieux que LE JOUR DE LA NUIT : cette animation annuelle d’observation constitue l’occasion de redécouvrir le ciel étoilé, que la pollution lumineuse nous empêche souvent de contempler…

contact(s)

Déchets / Compostage

Gestion et tri des déchets

Depuis le 1er janvier 2017, l’Agglomération a franchi un nouveau cap en matière de collecte des déchets : nouvelles consignes de tri des emballages, collecte des papiers en bornes d’apport volontaire et facturation plus simple et incitative…

  • Ordures ménagères
    La collecte des ordures ménagères a lieu le mercredi matin. En cas de jour férié, la collecte est décalée au jour suivant. Collecte simultanée : sacs jaunes et ordures ménagères. Des sacs jaunes (pour les bouteilles en plastique, boîtes métalliques, briques alimentaires, cartonnettes, journaux, revues, magazines) sont à votre disposition à l’accueil de la Mairie. 
  • Collecte du verre
    Des containers à verre sont implantés sur 8 sites de la commune : à La Berthelière, à La Joussemelière, rue Justinien Gillaizeau, au stade de La Braconnière, à proximité du cimetière et de la salle de sports, au Guerry et à La Frelandière. 
  • Collecte textile
    Deux containers d’apport volontaire (la Croix Rouge) sont implantés près de la salle Magaud. Parallèlement, le Relais, membre d’Emmaüs a installé un container d’apport volontaire dans le village de la Frelandière. 

Bons gestes, facturation…

  • à la maison, tous les emballages se trient et vont dans votre sac jaune : plastiques (bouteilles, flacons, barquettes de viennoiserie ou viande, pots de beurre, crème fraiche, yaourt, dentifrice, films plastiques…), boites de conserve, aérosols, emballages carton, bouchons et capsules en acier.
  • les papiers se déposent tous dans les bornes d’apport volontaire, à côté des conteneurs à verre, 7 jours/7, 24h/24 : journaux, magazines, courriers, enveloppes, publicités, catalogues, annuaires, cahiers, livres… qui ne sont plus acceptés dans les sacs jaunes.
  • la facturation est plus simple, lisible, incitative. Votre facture = montant du forfait minimum obligatoire (9 collectes de bac ordures ménagères/semestre) + paiement de vos ramassages supplémentaires. Les périodes de facturation sont calées sur l’année civile. Le service effectué entre le 1er janvier et le 30 juin sera facturé en septembre et celui du 1er juillet au 31 décembre en février de l’année suivante.

contact(s)

Compostage de Margerie

La plateforme associative de compostage collectif et citoyen a 15 ans d’âge et de succès : les dompierrois n’oublient pas de composter.

La plateforme de compostage de Margerie a été créée en 2003. Elle est gérée par un groupe de bénévoles, “les relais de quartier” ayant pour mission d’accueillir, d’informer et de conseiller les personnes intéressées par la démarche du compostage des déchets verts et fermentescibles. En 2010, ces bénévoles assemblés ont créé créer l’Association compostage de Margerie afin d’officialiser leur existence et de faciliter les échanges avec les collectivités territoriales.

40 tonnes produites/an, 40 à 60 passages/semaine, apports en progression de 5 % : joli succès qui vaut à la plateforme des visites de collectivités intéressées. Outre les déchets ménagers et de jardin autorisés, les sapins de Noël y finissent utilement broyés et valorisés. Chaque année, sont organisées des portes ouvertes lors de la Semaine nationale de compostage, et des opérations d’échange de plans programmées avec le jardin partagé.

Venir au site de compostage, c’est :

  • réduire les déchets fermentescibles de nos poubelles (restes de repas, pelures, cendres, plumes, kleenex …)
  • participer à une démarche écocitoyenne
  • échanger sur l’environnement, le jardinage
  • bénéficier d’une démarche gratuite.

Permanences

  • Samedi de 9h à 12h
  • De la mi-mai à la fin octobre, le mercredi, de 15 h à 18 h

HALTE AU FEU ! Aux termes de l’arrêté n° 12 SIDPC-DDTM 627 du 26 novembre 2012, les déchets verts doivent être apportés en déchetterie ou recyclés par compostage, à l’exclusion de toute autre pratique. Brûlots en incinérateur ou à l’air libre et brûlage des végétaux sur pied sont totalement prohibés, afin de préserver la qualité de l’air, la sécurité, la tranquillité et la salubrité publiques…

contact(s)

Frelon asiatique

La commune de Dompierre est site pilote pour la lutte contre le frelon asiatique. Le piégeage, très important, doit être fait à l’automne, du 15 septembre au 15 décembre, ou au printemps du 15 février au 1er juin…

Des pièges fabriqués par l’ADAPEI sont disponibles au site de compostage de Margerie, les samedis matins de 9h à 12h au prix de 6 €. Il est important d’utiliser des pièges grillagés, et non des pièges faits maison, afin d’éviter de piéger les autres insectes, et ainsi préserver la biodiversité. La destruction des nids est prise en charge par la Communauté d’agglomération (Tél. 02 51 47 49 02). Il suffira de signaler les prises effectuées dans vos pièges auprès du site de compostage.

  • Où mettre les pièges ? À proximité des anciens nids, près des tas de compost ménager, près des arbres et arbustes mellifères, en fleurs, fruitiers.
  • Quel type d’appât ? Bière brune ou blonde avec un peu de sirop (fraise, framboise, un peu de vin blanc pour ne pas attirer les abeilles), pain émietté avec un peu de limonade pour le sucré.
  • Quand un spécimen est pris, le laisser dans le piège afin que ses phéromones attirent les autres.

contact(s)

Jardinage participatif

Au Grand Pré, et bientôt à la Garlière, jardinage et voisinage sont les deux mamelles du lien social et environnemental…

Au Grand Pré, l’association Plantain Jardin mobilise régulièrement des jardiniers amateurs, qui partagent non seulement une même parcelle, mais aussi de solides convictions liées aux enjeux environnementaux et au “manger sain”, via le recours à des méthodes de permaculture et l’ouverture la plus large aux habitants et aux associations de la commune.

À la Garlière, près des logements locatifs sociaux, un jardin familial proposera plusieurs parcelles individuelles (de 50 à 100 m2). Il contribuera au lien social entre locataires en favorisant les échanges de plantes, graines, méthodes culturales… et convivialité. Un point d’arrosage sera installé et l’usage des phytosanitaires prohibé !

contact(s)

Cimetière écologique

Le cimetière communal va faire l’objet d’un aménagement et d’une extension qui, conçus avec le cabinet TALPA, vont changer notre regard sur ce lieu de mémoire minéral et austère. Objectif : le rendre plus végétal, agréable et naturel, en faire un “espace vert” propice à la quiétude et au recueillement, mais aussi à la biodiversité via des méthodes de gestion durables…

L’aspect minéral et la “propreté ” (pas un brin d’herbe) des cimetières cachent une autre réalité : l’emploi de pesticides nocifs pour les agents d’entretien et les usagers, le sol, les eaux et toute forme de biodiversité. Proscrit depuis le 1er janvier 2017 pour les espaces verts, promenades, forêts et voiries, leur usage par les collectivités sera totalement interdit d’ici 2020, y compris pour les cimetières !

Dans une perspective de gestion durable et écologique, le cimetière existant va être végétalisé entre les tombes et dans les allées, le parvis et l’entrée valorisés, les auvents pris d’assaut par des rosiers grimpants, les limites reconsidérées. Le projet intègre gestion des eaux pluviales, remplacement du local technique, optimisation des points d’eau et du local poubelle, pose d’un mobilier adapté… Le Conseil des Sages fait le point sur l’existant : les tombes, leur emplacement, celles qui sont libres ou occupées, celles qui doivent être exhumées et pourraient être dévolues à des espaces verts et du mobiliser urbain. Le travail s’appuie sur un logiciel qui permettra de disposer d’un outil informatique de gestion du cimetière.

L’extension accueillera le columbarium, le jardin du souvenir, un espace dédié à la conservation des anciennes croix patrimoniales. Une sente douce interquartiers la longera, contribuant à faire du site un lieu de promenade en ville, en préservant intimité (clôtures sur l’espace public, espaces de tranquillité…), recueillement (bancs, espaces à l’écart des circulations…) et aspects paysagers : un écrin vert du souvenir, grâce à un ordonnancement subtil des cavurnes, espace de dispersion des cendres, types de sépultures, végétation, mobiliser urbain…

Pour Arnaud DELACROIX (TALPA), “il va falloir commencer par redonner vie au sol stérile (sable et gravier) par des techniques de végétalisation innovantes. Le cimetière prendra son vrai visage d’ici 2 à 3 ans pour le sol et 4 à 5 ans pour les arbres et arbustes.”

contact(s)

Transports doux

  • Une liaison douce de 2,6 km a été créée en 2017 sur la RD 37, du centre-ville jusqu’à l’étang de La Berthelière
  • Une aire de co-voiturage avec stationnement est aménagée aux abords du cimetière. Site de co-voiturage : BlaBlaCar et Mobilisy (application de La Roches-sur-Yon Agglomération qui propose une plateforme gratuite de covoiturage).
  • Depuis 2018, il est possible de louer à Dompierre-sur-Yon des “Vélyon” : des vélos à assistance électrique proposés à la location courte, moyenne ou longue durée par le réseau de transports de l’Agglomération. Les demandes sont à effectuer en mairie, et les vélos vous y seront livrés.

contact(s)